Mont-Louis

Maquette du roulier Mont-Louis

Le cargo roulier Mont-Louis a été construit en 1972 par Oy Wärtsilä Ab Turku, Finlande. Le Mont-Louis est un bateau de 135 m, ici représenté au 1/100e.

Il compte un équipage de 24 hommes est est affrété par la CGM.

Ce bateau est extrêmement élégant hors de l'eau et on voit rarement de maquettes de bateaux présentant une aussi belle ligne.

Le bateau a été à un moment extrêmement connu... lors de son naufrage. L'histoire est la suivante :

Le 25 août 1984 le Mont-Louis est percuté au large du port d'Ostende par le ferry allemand Olau Britannia. Ce jour-là il y a de la brume et la visibilité est très faible. Le bateau a quitté Dunkerque à destination de Riga. Le pilote de Dunkerque vient de quitter le navire. Le Mont-Louis est percuté de flanc au niveau de la passerelle. Les bateaux restent un moment emboîtés. L'équipage du Mont-Louis est transporté à bord du ferry. On décide de désencastrer les 2 bateaux. L'eau entre dans le Mont-Louis. C'est le pire qui puisse arriver : par construction les rouliers ne sont pas cloisonnés. Le Mont-Louis se couche très vite puis coule rapidement.

L'histoire, de triste, devient rocambolesque ; Greenpeace signale qu'il y a à bord de dangereux fûts d'hexafluorure d'uranium, produit radio-actif qui réagit fortement en présence d'eau. Une tempête survient qui disperse les fûts sur les haut-fonds de la mer du Nord. Toute une organisation est montée pour les récupérer, sous les yeux vigilants de la presse internationale. Après pas mal de péripéties, le dernier fût est enfin récupéré.

L'histoire n'est pas tout à fait terminée : l'épave sur les hauts-fonds gêne l'accès au port d'Ostende en constituant un récif artificiel sur lequel d'autres bateaux peuvent s'échouer. Les Belges demandent aux Français de dégager l'épave. Refus des Français au prétexte que l'épave est dans les eaux internationales. Les Belges sont obligés de la dégager à leurs frais mais lancent un procès en remboursement aux Français, procès qu'ils perdront finalement quelques années après.

On l'a compris : on n'achètera pas cette magnifique maquette de bassin pour son histoire ; on l'achètera pour son merveilleux aspect.

L'ensemble de la maquette a été restauré.

4 boutons sur le pont permettent d'actionner les 2 hélices arrière, les 2 hélices avant, le radar au-dessus du château avant, et, enfin, d'allumer les lampes du bord. Le bateau a conservé tous les lests nécessaires à sa navigation en bassin ainsi que les moteurs et les batteries d'origine. Il manque les récepteurs, les servos, mais l'ensemble pourrait retourner rapidement en bassin. Les animations et les lumières donnent un charme puissant à cette magnifique maquette.

Maquette au 1/100ème : longueur 1,35m

Plus d'images